Beyond good and evil


La scène française n'est pas en reste dans l'univers impitoyable du jeu vidéo et compte également quelques noms célèbres comme celui de Michel Ancel, le créateur de la série Rayman. Développé par Ubisoft Montpellier, une licence allait faire son apparition : Beyond Good & Evil, parue en 2004. Le titre nous invitait alors à vivre une aventure pleine de surprises dans un univers pour le moins rafraîchissant.

SYNOPSIS

L'histoire de Beyond Good & Evil se situe sur une lointaine planète, Hyllis. Ce monde est la cible d'attaques des Domz qui kidnappent ses habitants. Pour se défendre tant bien que mal, l’ordre est maintenu par des troupes d’élites qu'on appelle les Sections Alphas, mais ces dernières sont loin de faire l'unanimité auprès de la population. Au coeur de ce conflit, le joueur incarne Jade, une reporter photographe qui vit sur une île située tout près de la capitale. Les présentations faîtes, le jeu va délivrer un scénario captivant qui sera perçu de plusieurs façons. Sur Hyllis, une propagande matraque les habitants à longueur de journée. Les écrans de télévision diffusent sans cesse des messages à la gloire des Sections Alphas et tentent de gonfler leurs rangs. Mais une organisation rebelle nommée IRIS s'efforce de publier des journaux clandestins faisant état de révélations quant aux réelles motivations des Sections Alphas. Pendant ce temps, Jade s'occupe d'orphelins sur sa petite île, aidée de son ami Pey'j et tous deux tentent de les préserver de ce climat instable. Mais c'était sans compter sur la suite des évènements qui allait précipiter la jolie reporter dans bien des aventures...

UN UNIVERS ENCHANTEUR

La première chose qui mérite d'être soulignée est la qualité de l'univers dans lequel on évolue. Hyllis est un monde vivant, son charme unique, tout y est bien retranscrit. Que ce soit le character design des personnages comme les membres du réseau IRIS et leurs personnalités bien trempées aux différents décors et environnements, tout est cohérent et se fond à merveille à l'enrobage. Le travail sur les couleurs a fait l'objet d'un grand soin, avec une dominance de tons verts et bleutés du plus bel effet. L'originalité de ce petit monde marquera tous les joueurs qui s'y seront attardés. Si le parti pris esthétique est à lui seul une franche réussite, la jouabilité s'avère audacieuse et composera avec les genres jusqu'à y mettre sa touche personnelle. Hyllis est un monde ouvert et pour s'y déplacer Jade utilise un hovercraft. Le jeu allie donc différents styles, en plus d'être un jeu d'action - aventure, il compte aussi des phases de conduite. Dans sa mission, et en qualité de reporter, Jade sera amenée à prendre des clichés pour la solde de divers commanditaires. Ces missions introduiront des phases d'infiltrations, le second aspect du titre. Ici, Jade pénètrera dans les quartiers ultra-sécurisés des Sections Alphas, il faut veiller à rester discret, déjouer des patrouilles, éviter les caméras, se faufiler jusqu'à immortaliser notre objectif. Les combats sont assez rares, il s'agit plutôt de passer inaperçu. Toutefois cela ne sera pas toujours possible et nous rencontrerons quelques boss sur notre chemin. Jade ne disposera alors que d'un simple baton pour se battre.

UNE RÉUSSITE SUR TOUS LES PLANS...

Si un mot devait définir l'aventure, je choisirais variété. Pour gagner de l'argent, Jade recense la faune d'Hyllis et il y a du travail. Elle peut alors payer deux hippopotames mécaniciens qui transformeront notre modeste hovercraft en un véhicule de plus en plus fonctionnel et surprenant. L'hovercraft est une brillante idée, il sera littéralement possible de s'envoler avec à la fin de l'aventure. Jade peut participer à des courses, rencontrer des marchands, se balader en ville, le monde est vraiment très plaisant à découvrir. La bande son est aussi de qualité. Le mélange des thèmes qui accompagne les différentes phases du jeu transporte le joueur dans l'ambiance. Musiques zen, électro, reggae... Et les bruitages assurent. Des alarmes dans la ville, hauts-parleurs, brouhaha... c'est vraiment l'oeuvre d'un travail inspiré. Ajoutez que le jeu a été doublé en français. Emma de Caunes prête sa voix à Jade, et même si les dialogues font un poil dans la caricature, d'une manière générale ils contribuent également à nous impliquer dans l'histoire. Le scénario est bien ficelé, il nous donne vraiment l'envie de découvrir ce qui se trame en coulisses. Au cours d'une mission, Jade sera amenée à prendre en photo une créature Domz enfouie dans une vieille mine. Le genre de cliché qu'on appelle un scoop. A cet instant le joueur n'imagine pas encore que son aventure lui fera rejoindre les rangs d'IRIS, le fameux réseau d'espionnage. Dès lors notre mission consistera à faire éclater la vérité au grand jour.

...OU PRESQUE

Le titre n'échappe toutefois pas à quelques petits reproches. La caméra pour commencer, durant les phases d'inflitrations qui constitueront l'essentiel de nos missions, il arrive qu'elle soit mal positionnée rendant l'action confuse. Ensuite, si dans le fond le monde d'Hyllis est magnifique, il demeure un peu petit. La capitale est certes très jolie, une sorte de Venise futuriste et on y trouve diverses choses à faire mais on aurait aimé voir plus d'endroits aussi vivants. Passé la découverte, l'univers nous cantonne tout de même à quelques zones et l'ensemble se révèle mois vaste que l'on aurait pu penser. Enfin, l'aventure est palpitante mais un peu courte. On pourra toujours s'amuser à refaire des courses une fois nos objectifs atteints, mais rien de plus. Une fois la dernière mission à portée, le jeu nous réserve une dernière surprise et c'est jusque dans l'espace qu'on partira avec notre hovercraft, mais passé ce stade il ne sera plus possible de regagner la terre ferme. C'est d'autant plus regrettable que l'on aura tout juste pu apprécier les dernières modifications de notre véhicule.

VERDICT

Beyond Good & Evil est difficile à définir. Il dispose de bien des qualités mais ne se laissera vivre que le temps d'une aventure. La réalisation est telle que nous sommes happés dans son scénario captivant, à la minute où débute l'introduction. Les personnages sont singuliers et attachants, l'histoire est pleine de rebondissements, mais mêler les genres est un exercice difficile et le titre n'échappera malheureusement pas à quelques petits soucis de réalisation.
- See more at: https://web.archive.org/web/20150322205659/http://www.nintendopolis.fr/site/rubrique/tests/beyond-good-evil-16.html#sthash.tIuqKNW2.dpuf

Plateforme : GameCube
Editeur : Ubisoft
Développeur : Ubisoft Montpellier
Genre : Aventure
Sortie : 26 février 2004

» Acheter sur AmazonBeyond Good & Evil vous entraîne dans le combat de Jade, une reporter photographe qui fera tout pour protéger sa planète d'une invasion extraterrestre. Mélangeant aventure, exploration, conduite, combat et infiltration dans un univers savoureux et attachant, Beyond Good & Evil compte parmi les meilleurs titres de la Gamecube.-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *