En savoir plus sur le fonctionnement d’une assurance vie

Afin de répondre à tous vos problèmes en matière d’épargne, de placement et d’investissement, la souscription d’un contrat d’assurance vie peut s’avérer être la bonne solution.

L’assurance vie est un produit de placement et d’épargne à moyen et long terme qui présente plusieurs avantages fiscaux et qui rapporte des rendement considérables particulièrement en cas de décès de l’assuré ou de sa survie à une période déterminée.

A quoi sert l’assurance vie ?

Le contrat d’assurance-vie représente le premier placement financier dans de nombreux pays et il peut être utilisée pour atteindre différents et plusieurs objectifs :

  • Constituer une épargne de précaution,
  • Constituer une épargne pour réaliser un projet,
  • Constituer une épargne pour améliorer ses revenus au moment de la retraite,
  • Constituer une épargne pour fructifier un capital,
  • Constituer une épargne pour préparer sa succession…

Qui peut souscrire à une assurance vie ?

assurance vieSelon la Loi toute personne physique peut souscrire à une assurance vie :

Les mineurs non émancipés : Il est nécessaire qu’ils soient représentés par au moins un des deux parents.
Les majeur sous tutelle : Il est obligatoire que le juge des tutelles doit donner son autorisation.
Les majeur sous curatelle : Il est indispensable que le curateur doit donner son accord auprès de la justice.
Les personnes moraux : Tout gérant d’une société, représentant du conseil d’administration ou encore du président de ladite société peut souscrire à une assurance vie.

Un des placement les plus efficace ?

L’assurance vie est le placement le plus plébiscité des Français mais ne remplit pas son rôle pour les investisseurs qui veulent un projet à court terme. Comment investir différemment ?

Réponse hybride entre l’épargne et l’investissement, sa rentabilité dépendra de de votre profil d’investisseur et votre appétence face aux fluctuations de la bourse. Entièrement illimité, le plafond d’assurance vie élimine les contraintes liées à l’épargne. Cependant, en ce qui concerne les règles de succession, c’est le contraire de manière systématique être compliqué. Les frais de succession sont estimés par rapport aux dates de versement des primes et après, s’il existe, application d’un plafond d’abattement. Deux périodes sont mises en relief concernant les frais de succession:

-Les primes versées et les intérêts produits sont exonérés de droits avant le 13 octobre 1998.
-Les primes versées et les gains réalisés sont soumis à une fiscalité de 20 % (après abattement de 152 500 euros par bénéficiaire) après le 13 octobre 1998.
L’estimation des droits successoraux dépend de l’âge du titulaire du contrat au cours des versements. Les primes versées passé 70 ans sont soumises aux droits de succession de droit commun après abattement de 30 500 euros.

Néanmoins, les gains de ces placements sont exonérés de toute fiscalité. Comparé aux plafonds des livrets d’’épargne comme le livret A, bridé à 15 300 euros, L’assurance vie est très profitable du fait que le montant des versement soit illimités et facile d’accès pour un large public. Contrairement à un placement court terme l’assurance vie est optimale en matière de succession. Le placement en assurance vie est illimité, donne l’opportunité à chacun de transmettre via le contrat d’assurance vie un patrimoine non limité à ses héritiers ou bénéficiaires que le souscripteur aura renseignés sur le contrat d’adhésion. C’est pour cette raison que le placement en assurance vie est intéressant pour la cession d’un capital.

Il faudra tout de même à veiller à respecter les héritiers légaux afin qu’ils ne soient pas lésés. Si vous êtes plus intéressé par un projet d’épargne sur une période courte, l’idéal est d’effectuer un comparatif dans l’optique de rechercher le placement idéal, parfaitement adapté à votre projet d’épargne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *