En savoir plus sur la cystite, définition et traitement

La cystite E.coli

Description de la cystite E.coli

La cystite E.coli est la forme la plus fréquente des cystites, c’est une lésion de la vessie d’origine infectieuse consécutive à une migration massive de la bactérie Escherichia coli (E.coli) du bas du ventre vers les voies urinaires, les lésions peuvent aller de la simple réaction inflammatoire jusqu’à une sérieuse infection des reins, le plus souvent la cystite E.coli affecte les femmes mais peut toucher les deux sexes de tout âge, la fréquence de la cystite E.coli est estimée à 9 cas sur 10 des patients. 

Symptômes et diagnostic de la cystite E.coli

La cystite E.coli se présente généralement par des douleurs pelviennes intenses, un besoin fréquent d’uriner, besoin d’uriner pendant la nuit, la cause de la cystite E.coli est l’inflammation de la vessie consécutive à la multiplication de la bactérie Escherichia coli dans les voies urinaires, l’examen médical permet d’analyser les urines afin de mettre en évidence la présence de la bactérie E.coli. 

Traitement de la cystite E.coli

Le traitement de la cystite E.coli est essentiellement basé sur l’élimination de la bactérie Escherichia coli, le traitement le plus fréquemment utilisé c’est la canneberge (36mg de PACs*) avec une réelle efficacité, la canneberge s’est imposée comme un traitement efficace de la cystite E.coli avec un effet durable dans le temps, pour combattre la fatigue engendrée par la maladie, des plantes médicinales tels que le ginseng qui est considéré comme un remède souverain et très prisé par les empereurs chinois, et la maca du pérou connue pour son action bénéfique et tonifiante sur tout l’organisme, ces deux plantes ont montré leur efficacité à augmenter l’énergie de l’organisme en le tonifiant pour qu’il retrouve sa vitalité et sa vigueur. 

*36mg de Proanthocyanidines (PACs) par jour sont nécessaire pour éliminer complètement les bactéries E.coli conformément à l’avis émis par l’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments). 

 

La cystite à éosinophiles

Description de la cystite à éosinophiles

Les éosinophiles sont des leucocytes (cellules sanguines de la lignée blanche) présents dans la circulation sanguine, leur rôle essentiel est de s’attaquer aux parasites de l’organisme, ils affluent dans les tissus en cas d’allergie ou de parasitose, leur durée de vie est de 6 à 12 heures dans le sang, et environ 10 jours dans les tissus, la cystite à éosinophiles est une pathologie rare idiopathique (sans cause connue) de la paroi vésicale, les perforations vésicale due aux infiltrations de la paroi vésicale par un nombre élevé d’éosinophiles provoquent une inflammation, des irritations et des douleurs pelviennes intense, la cystite à éosinophiles et la cystite interstitielle présentent de nombreux points communs, sur cette observation plusieurs scientifiques estiment que la cystite à éosinophiles est la forme aiguë de la cystite interstitielle. 

Symptômes et diagnostic de la cystite à éosinophiles

La cystite à éosinophiles se présente généralement par des douleurs pelviennes brutales, besoin anormalement fréquent d’uriner, présence de sang dans les urines, parfois des difficultés à uriner, voire une rétention urinaire, mais l’obstruction urétérale est rare, la cause de la cystite à éosinophiles est la destruction des muqueuses de la vessie par infiltration de la paroi vésicale par les cellules éosinophiles, la cystoscopie met en évidence une muqueuse vésicale oedématiée, nécrosée accompagnée par des taches rouges caractéristiques appelées ulcères de Hunner, l’analyse des biopsies révèle des formes pseudo tumorales marquées par le caractère discret de l’infiltrat, l’inflammation et l’ulcération de la muqueuse, on observe également une augmentation des lymphocytes et des mastocytes.

 

La cystite radique

Description de la cystite radique

La cystite radique est une lésion d’origine non infectieuse de la vessie consécutive à un traitement de radiothérapie d’un organe pelvien du bas du ventre, les lésions peuvent aller de la simple réaction inflammatoire jusqu’à une sérieuse diminution de volume de la vessie, la fréquence de la cystite radique est estimée à 1 cas sur 5 des patients ayant une radiothérapie pelvienne. 

Symptômes et diagnostic de la cystite radique

La cystite radique se présente généralement par des douleurs pelviennes intenses, un besoin fréquent d’uriner et du sang dans les urines, la cause de la cystite radique est la destruction des muqueuses de la vessie par la radiothérapie, la cystoscopie met en évidence une muqueuse vésicale pâle, dépolie, parsemée d’une dilatation vasculaire anormale par sa taille et par sa permanence parfois caractérisée par une perte de substance dermique. 

Traitement de la cystite radique

Le traitement de la cystite radique est principalement symptomatique, les traitements les plus couramment utilisés sont les instillations de nitrate d’argent, d’alune ou de formol avec une efficacité de 7 cas sur 10, l’oxygénothérapie hyperbare est une autre alternative thérapeutique plus récente et un traitement efficace de la cystite radique, elle permet une amélioration de la muqueuse vésicale et une meilleure diffusion tissulaire de l’oxygène, cette technique s’est imposée comme un traitement efficace de la cystite radique avec une efficacité de l’ordre de 80 a 90% et un effet durable dans le temps. 

 

La cystite hémorragique et bactérienne

Description de la cystite hémorragique

La cystite hémorragique peut survenir chez les femmes sexuellement actives, la cause la plus commune est la cystite bactérienne (E.coli, Staphylococcus saprophyticus) qui provoque dans certains cas une hémorragie. 

Causes de la cystite

La cystite bactérienne se produit lorsque les voies urinaires (l’urètre et la vessie) sont infectées par les bactéries, fréquemment les femmes sont touchées par la cystite et le risque est plus élevé chez les personnes âgées, privilégié par la morphologie du corps humain les hommes sont rarement infectés par la cystite, par contre femmes sont plus sujettes au développement de cystite à cause de l’urètre relativement courte, les bactéries peuvent migrer facilement dans la vessie, mais aussi de la distance relativement courte entre l’urètre et l’anus. 

Plus de 90% des cystites sont d’origines infectieuses causées par la bactérie Escherichia coli (E.coli) qui est un hôte naturel du corps humain et vit dans le tractus gastro-intestinal inférieur, lorsque ces bactéries migrent dans la vessie elles sont éliminées par l’urine, mais quand les bactéries se multiplient plus rapidement la cystite s’installe et les rapports sexuels peuvent aggraver l’infection, le traitement de la cystite doit commencer rapidement pour éviter le risque réel d’obstruction de la vessie et/ou de l’urètre. 

Traitement de la cystite à éosinophiles

Le traitement de la cystite à éosinophiles est principalement symptomatique, le traitement le plus généralement utilisé c’est l’azathioprine (immunosuppresseur) associés aux corticoïdes, anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et à des antiallergiques/antihistaminiques, le cotrimoxazole, le cyclophosphamide, l’actinomycine D, l’azathioprine (immunosuppresseur) et le diméthylsulfoxyde (DMSO) en instillations sont une autre alternative thérapeutique et un traitement efficace de la cystite à éosinophiles pour les formes tumorales, elle permet une amélioration de la muqueuse vésicale et une meilleure diffusion tissulaire de l’oxygène, cette technique s’est imposée comme un traitement efficace de la cystite à éosinophiles. 

 

Prévention et traitement de la cystite

Symptômes et diagnostic de la cystite

Parmi les symptômes de la cystite en peut citer la pression dans la partie inférieure du bassin, douleur à l’urine, besoin fréquent ou urgent d’uriner, besoin d’uriner pendant la nuit, couleur des urines anormales, sang dans les urines, forte odeur d’urine, une analyse et une culture d’urine sont essentiels pour déterminer le type de bactéries ainsi que le type de cystite afin de prescrire le traitement approprié, les autres cas de cystite nécessitent une cystoscopie et/ou l’analyse des biopsies pour établir un diagnostic, les hommes plus âgés courent un risque accru de développer une cystite due à la prostatite (une inflammation de la prostate), l’immobilité ou peu de la mobilité accroît le risque de cystite. 

Prévention de la cystite

Relever les cultures d’urine pour s’assurer que les bactéries ne sont plus présents dans la vessie, la plupart des cas de cystite sont inconfortables mais disparaissent sans complication après traitement, plus de 90% de cystite sont d’origine bactériennes E.coli, la canneberge est efficace dans la prévention de la cystite, elle empêche les bactéries E.coli de se fixer aux parois de la vessie ce qui permet de diminuer les risques de cystite, des gestes simples peuvent aider à réduire le risque de cystite, boire suffisamment de boissons permet de rincer les bactéries de la vessie, uriner fréquemment et uriner immédiatement après les rapports sexuels contribue à éliminer toutes les bactéries, par contre l’abstention d’uriner pendant de longues périodes favorise la multiplication des bactéries E.coli et augmente le risque de cystite. 

Traitement de la cystite

En raison du risque de propagation de l’infection aux reins et en raison du taux élevé de complications chez les personnes âgées et chez les diabétiques, une traitement rapide de la cystite est recommandé, il est conseillé d’éviter les rapports sexuels avant la guérison totale de la cystite, la canneberge est très efficace pour traiter la cystite E.coli, grâce à l’action des proanthocyanidines (PACs) les bactéries E.coli n’ont plus d’adhérence aux parois de la vessie, et sont éliminées par les voies urinaires, des traitement existent pour les autres formes de cystites. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *